vendredi, 20 janvier 2017

CAFE PSY - LE REVE EVEILLE, AUDREY DE LA GRANGE

 

https://i1.sndcdn.com/artworks-000203493140-epkfte-t500x500.jpg

 

https://soundcloud.com/radioaviva88fm/cafe-psy-le-reve-eveille-audrey-de-la-grange-040117?in=radioaviva88fm/sets/cafe-psy


https://soundcloud.com/radioaviva88fm/cafe-psy-le-reve-eveille-audrey-de-la-grange-040117?in=radioaviva88fm/sets/cafe-psy

mardi, 19 juillet 2016

"Le peuple des nains" raconté par le psychanalyste René Diatkine

 

passer.jpg

 

En 1987, l'émission "Les chemins de la connaissance" consacrait une série au "peuple des nains". Dans le premier épisode, le psychanalyste René Diatike analysait leur signification dans les contes et dans l'imaginaire des enfants.

 

 

 

 

"Le Peuple des nains " est une série qui s’attachait à analyser la présence des nains dans l'imaginaire mythologique et dans l'Histoire.

 

 

 

 

 

Les contes, la mythologie, les rêves sont parfois hantés par des créatures qui marquent la limite de la mesure humaine avec des personnages hybrides, problématiques, insolites. Les langues ont toutes sortes de noms pour désigner ces petits personnages imaginaires. On rencontre ainsi dans le folklore : des nains, des gnomes, des lutins, des farfadets,...

 

 

 

René Diatkine explique la signification que prend la figure des nains dans le psychisme, il donne l’exemple du conte Blanche Neige . Dans ce conte de Grimm, les nains nous donnent des indications sur l’espace et le temps de la maturation. Ainsi, le temps passé avec les sept nains est un temps de passage entre l’enfance et l’âge adulte pour Blanche Neige.

 

 

 

 

mercredi, 03 février 2016

Expérience de rêve...

tete papillon.jpg

 

 

tetes.jpg

 

samedi, 10 octobre 2015

La vie rêvée de Gaston Bachelard : Le feu

 

aaa.jpg

 

 

 

« L’art de tisonner que j’avais appris de mon père m’est resté comme une vanité. J’aimerais mieux, je crois, manquer une leçon de philosophie que manquer mon feu du matin. »

 

 

 

Bachelard, pour la première fois dans son œuvre, s'éloigne de l'objectivité scientifique et ose dire "je". Il puise dans ses souvenirs d'enfance, tente d'expliquer la méditation du rêveur devant la flamme.

 

feu faux.jpg

 

Gaston Bachelard nous invite à la rêverie...

 

 

Lecture à écouter: texte lu par Geoges Claisse  "Bachelard, La flamme d'une chandelle  pp.67-68",

vendredi, 25 septembre 2015

Gaston Bachelard parmi nous, ou l'héritage invisible

 

 

 

Dans son petit appartement de la rue de la Montagne Sainte Geneviève envahi par les livres, le vieux sage à barbe blanche, alors âgé de 80 ans, avait répondu à leurs questions avec sa profonde simplicité et sa bonhomie coutumière.

Peu de temps après, GASTON BACHELARD mourait.

 

Quel dommage que les questions ne soient pas à la hauteur de l'érudition de Bachelard !

 

vendredi, 26 juin 2015

"La vie est un rêve" : réapprendre à rêver la vie ?

 

 

La vie est un rêve (traduction de Denise Laroutis)

 

 

Christophe Prochasson :

« Je suis sorti très enthousiaste de cette pièce, qu’on appelait autrefois La vie est un songe. C’est une œuvre bien connue, aux accents shakespeariens, qui est mise en scène admirablement. Pourquoi cette pièce a-t-elle des consonances actuelles ? Parce qu’on y trouve des thèmes éternels : heurts entre les générations, ambivalence des identités sexuelles, ou inquiétudes quant à la filiation. Mais le thème principal, c’est le rêve. Toute la pièce repose sur un doute quant aux limites qui séparent le rêve et la réalité. L’efficacité sociale du rêve peut ainsi être questionnée : cette pièce invite à réfléchir au rêve comme moyen d’action, et comme outil pour transformer la réalité. Le spectacle est très subtil, avec des jeux d’ombres et d’éclairages très fins, mais aussi avec les parois qui tombent au fur et à mesure que se lève le voile de l’intrigue.

 

Le thème de l’adolescence apparaît lui aussi clairement. Sigismond fait figure d’ado insupportable, capricieux et violent avec les dames. Pour lui, le rêve est une façon de se projeter dans l’avenir et fracturer le présent, qui ne lui convient pas. Le thème du rêve s’emboîte donc dans celui de l’adolescence. Le prince n’est pas inculte, il a été éduqué dans sa tour durant sa jeunesse, et il s’agit pour lui de savoir quoi faire du savoir acquis en coupure avec le réel.

 

On peut glisser du rêve à l’utopie. Les utopies ont été une forme de discours politique assimilable au rêve. Mais elles ont été aussi très ancrées dans la réalité. Ce qui est intéressant, c’est cette distribution entre le rêve et la réalité. Sigismond rêve, mais il n’est pas passif : il dépasse l’opposition rêve / réalité. Il décide d’agir dans la sphère dans laquelle il croit être.

 

C’est une façon de penser l’avenir en se projetant de façon sérieuse dans les données de ce temps. »

 

Avec :

 Christophe PROCHASSON, Alain BUBLEX et Stanislas NORDEY

 

Sons diffusés :

 

- Martin Luther King, discours « I have a dream ».

 

- Extrait de la pièce « La vie est un rêve ».

 

- Anne Dufourmantelle, dans Du jour au lendemain le 25 mai 2012.

 

- Eurythmics, « Sweet Dreams ».

 

 

 

rêve natation.jpg

 

 

Stanislas Nordey :

« Il y a une manipulation terrible au centre de la pièce, dont Sigismond et la victime, et en y mettant fin, le héros montre qu’on est libre dans le rêve. Tout le théâtre de cette période parle du rêve, qu’on pense aux pièces de Shakespeare ou à L’illusion comique. A l’inverse, aujourd’hui, la question du rêve dans l’écriture théâtrale est beaucoup mise de côté. On parle beaucoup du réel, et tout ce qui est lié à la revendication du rêve est un peu mis de côté.

 

Les grands mythes cinématographiques comme Matrix, Inception ou Avatar prennent comme point de départ des gens qu’on endort. Il y a une fascination toujours présente sur ce moment ou quelque chose lâche prise. Les discours politiques s’en font l’écho, et fabriquent un idéal abstrait pour travailler sur le concret. On peut appeler cela des utopies, mais il faut noter la dérive sémantique dans le langage contemporain. Aujourd’hui, quand on parle d’un projet comme d’une utopie, on sait qu’on ne le fera jamais. »

 

 

rêve parapluie.jpg

 

Alain Bublex :

« Le nœud de la pièce, c’est le passage de l’adolescence au monde adulte. Ce moment de rêve ou d’incertitude est le moment où l’adolescent se projette dans la vie adulte. Le moment le plus caractéristique de cela dans la vie courante, c’est Noël, où l’on prend les enfants pour des idiots. Pourquoi mentir aux enfants ? La beauté d’une fable, c’est qu’on sait qu’elle est une fable.

 

On voit beaucoup le thème du réel dans la pièce, avec cette interrogation : comment s’accorder sur le réel, être d’accord sur ce qu’on a vu ? Au fil des événements, Sigismond cherche toujours à s’accorder avec la cour ou avec le peuple, pour voir comment ses actes sont acceptés par les autres : c’est un apprentissage du monde adulte. Cette pièce n’est donc pas un appel au rêve. Si on reprend l’argument politique, on peut souligner que le rêve décrit par Martin Luther King est effectivement celui d’une société meilleure, mais il c’est surtout, en creux, la description d’une réalité, celle de l’Amérique dans laquelle il vit. »

 

mercredi, 06 mai 2015

Cure de rêves...

 

 

aa.jpg

 

aa0.jpg

 

aa1.jpg

 

vendredi, 27 mars 2015

Georges Rodenbach

 

clé.jpg

 

samedi, 27 septembre 2014

Le précieux en nous...

 

 

sable femme.jpg

 

 

dimanche, 22 juin 2014

Le rêve, un messager...

 

 

rêve de café.jpg

 

 

dimanche, 15 juin 2014

Comment se déroule une séance de rêve éveillé libre ?

rêve éveillé.jpg

lundi, 28 avril 2014

Le rêve éveillé libre à votre rencontre

 

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

AUX RENCONTRES DU RÊVE ÉVEILLÉ LIBRE 2014
" L'Imaginaire vu d'ailleurs "


Organisées par l'ADREL le 28 septembre 2014



Réservez votre place sur l'adresse :

reservation.rel@gmail.com

 

a.jpg

dimanche, 01 septembre 2013

Rêver en sachant que l'on rêve.

 

Rêve éveillé libre: attention au décollage !

Rêver en sachant que l'on rêve... La définition du rêve éveillé libre ne rend pas forcément compte de toutes les potentialités du phénomène.  L'expérience est en effet extraordinaire.

chemin cassé.jpg

Tout homme peut apprendre à voler…. A condition d’apprendre à rêver en conscience. Cet état a un nom : le rêve éveillé libre. Au cœur de son rêve, le rêveur lucide sait qu’il est en train de rêver. Il "peut" alors comprendre et intégrer les capacités créatrices du rêve, qui sont multiples : " Les sens sont maintenus et les capacités sensorielles plus développées " " Le champ visuel peut être plus large, jusqu’à 360°. On peut voir très loin comme avec des jumelles, ou dans l’infiniment petit comme avec un microscope. L’ouïe peut également se modifier et la musique peut devenir une expérience très émotionnelle. Le toucher et le goût existent comme dans le corps physique. " 

Le rêveur éveillé, dispose d’un corps identique à son corps physique, qui se déplace en marchant, courant, volant, ou à l’aide de véhicules. Dans l’expérience du dédoublement, "le sujet voit son corps physique endormi et peut faire l’expérience de la conscience double, à la fois dans le corps physique et dans le corps de rêve "  C’est une expérience qui s’accompagne parfois de sensations énergétiques et vibratoires. On peut se transformer en animal, ou se voir pousser des ailes,...

L’expérience du vol à l’état pur est une aspiration largement partagée. Cette idée a guidé James Cameron, lui-même rêveur éveillé, pour réaliser certaines scènes d’Avatar. Il explique avoir cherché à induire l’état de rêve éveillé chez le spectateur : "Je pense que la plupart des gens ont rêvé un jour ou l’autre de voler. Moi-même étant enfant, j’en ai rêvé, et j’ai fait de nombreux vols en rêve. J’ai pensé que je pouvais me servir de cela pour me connecter au public, à une sorte d’inconscient collectif au sens quasi jungien du terme, et ainsi dépasser les particularismes culturels, langagiers, et tout le fatras du politique, en nous mettant en relation avec cette enfance. "

Outre la possibilité de sensations inédites, les bienfaits de la pratique du rêve éveillé libre sont nombreux : élimination des blocages, des peurs et des angoisses ; amélioration du bien-être psychique et physique,  amélioration et stimulation de la créativité et de l’intuition ; apprentissage de nouveaux comportements… Des psychiatres, des psychologues, des psychothérapeutes, l’utilisent pour soigner les cauchemars, ils estiment que cette voie sera à moyen terme largement reconnue.

vendredi, 21 décembre 2012

Le rêve qui nous " éveille "... que nous disent nos rêves.

cheveux oiseaux.jpgCertains rêves nous parlent plus que d'autres, ils nous incitent à changer, nous montrent un autre aspect de notre vie. 

 Certains des symboles qu'ils proposent au rêveur parlent de l'avenir. Il s'agit de les saisir pour être " ouvert et créateur de  son futur ".

Comment ?

Le rêve ne fournit pas d'itinéraire à suivre immédiatement, mais nous éclaire sur le dialogue entre nous et notre inconscient, jamais il ne se réduit à une simple explication rationnelle. Car lorsqu'on veut interpréter les symboles d'un rêve à la va-vite, ce sont nos repères extérieurs existants qui traduisent, ce qui est l'opposé de la transformation profonde que le rêve nous propose et il convient de dire que si cette transformation nous est proposée, c'est que nous sommes prêt à l'intégrer.

Les rêves créateurs ne sont pas ceux que l'on va interpréter immédiatement, mais ils sont ceux dont nous sentons qu'ils vont rester en mémoire longtemps; ce sont des rêves accompagnateurs d'une évolution qui se déroulera chemin faisant. Laissons les agir.

Un rêve " d'éveil "

  •  peut montrer que nous avons en nous les moyens de changer la donne.
  •  peut-être une invitation à prendre soin de soi.
  •  peut faire prendre conscience que notre façon de vivre ne nous convient pas ou plus.
  •  ...
    A vous de trouver la perspective qui vous correspond le mieux, celle qui sera au plus près de vos besoins réels, car ce rêve là ne vous lâchera pas de si tôt.

vendredi, 30 novembre 2012

Faire un travail sur soi, POUR SOI, vouloir changer d'angle de vision...

a méditer.jpg

samedi, 29 septembre 2012

Interprétation de la porte et de l'escalier.

porte.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/176644/logoas1-thumb.gif

 

 La porte. 

 

Le symbolisme de la porte, et de façon générale tous les symboles de franchissement, requièrent notre attention. Franchir une porte, c’est accepter le changement, aller d’un espace à un autre, quitter une ancienne façon d’être pour en découvrir une nouvelle. Il peut s’agir d’une nouvelle phase de sa vie, d'une ouverture vers soi-même,... 

A l’inverse, l'incapacité de franchir une porte parce qu’elle est verrouillée, c’est qu’un obstacle nous empêche d’accéder à cette nouvelle phase de notre vie. Ne pas trouver de porte, être totalement enfermé, signifie que l’on se trouve dans une situation difficile avec l’impression de ne pas avoir le moyen de s’en sortir,...

La porte représente aussi la séparation entre le conscient et l’inconscient. Derrière une porte peut se trouver des ressources cachées, enfouies au fond de soi, ou des souvenirs refoulés.

Bien sûr toutes les portes en rêve n’ont pas la même importance. Il faut s’intéresser aux portes que l’on voit pour la première fois, aux lieux nouveaux, et à la sensation ressentie,...

 

ecalier.jpgL’escalier, c'est le passage d’un étage à un autre, d’une étape de la vie à une autre, représentant une évolution. Dans ce sens, le changement est « vertical ». Le haut représentant l’intellect, les pensées, les émotions,le spirituel et l’étage du bas représentant le matériel, les pulsions, l’inconscient.

Si l’utilisation de l’escalier est aisée, c’est que ce passage se fait facilement. Si l’utilisation est difficile, escalier en mauvais état, infini, marches branlantes,... c’est que le changement est bloqué ou freiné par des difficultés. 

Le livre : "Rêver pour renaître" de Georges Romey, vous aidera à comprendre les  nuances d'un même symbole.

Les rêves de franchissement de seuil: leurs rôles dans la réconciliation psychique .

Pour Georges Romey, la pression sociale et la pression de l’entourage façonne l’enfant. Petit à petit, il se glisse dans le moule établi et pour cela réprime certaines parties de son moi jugées inconvenantes, inacceptables ou inutiles par ceux qui l’entourent. Lorsque l’enfant réalise qu’il ne pourra pas être assez aimé de ses parents en étant lui-même, il emprisonne ces parties, provoquant un véritable « clivage de la personnalité ». Souvenirs refoulés, sentiments interdits, souffrances,.... Il fonctionne alors petit à petit avec un moi  « irréel », portion infime de la totalité de son être. ( voir Dr Janov, Le cri primal )

L’une des voies permettant de libérer ce contenu réprimé est par le rêve éveillé libre ou imagerie mentale thérapeutique. Le patient présente symboliquement ces souffrances prisonnières derrière une démarcation, une porte, un mur, un tunnel, une simple ligne. De l’autre côté se trouve le contenu psychologique refoulé. Les types de franchissements sont multiples, il y a bien sûr le passage d’une porte, mais aussi la traversée du miroir, la dissolution des parois, le franchissement d’un décor de théâtre, le passage à travers un rideau d’eau, le franchissement de la surface de la mer, la chute dans un puits, la traversée d’un sommeil, le passage d’un tunnel, la descente d’un escalier en spirale,... 

Le rêve éveillé libre, vous accompagne toujours vers un mieux être.

 

samedi, 01 septembre 2012

Le rêve éveillé libre change de manière positive notre état d'être et notre perception du monde extérieur.

L'imaginaire, nouvelle réalité scientifique ?
 
 
De nombreuses recherches en neuro-imagerie cérébrale le révèlent : voir et imaginer activent les mêmes zones du cerveau. Au delà de la vision, de récentes études confirment qu’il en serait de même avec l’audition. Si voir, entendre, ou imaginer relèvent des mêmes circuits neuronaux, comment notre esprit fait-il la différence entre le réel et l’imaginaire ? Et à quoi sert l’imagination ?
© MarkTipple
Depuis une dizaine d’années, plusieurs études            en neuroscience ont déjà pu démontrer que la perception visuelle et l’imagination solliciteraient les mêmes zones qui rend possible l’observation de l’activité cérébrale, lorsque l’on demande à la personne sous IRM de penser à une image, on a constaté que le réseau activé comprend des zones « associatives » du cortex du cerveau. En effet, grâce à la neuro-imagerie (IRM) cérébral, où sont traités les aspects sémantiques de l'image, mais aussi des zones du cortex visuel spécialisées dans le traitement de l'image rétinienne (y compris la zone du cortex visuel « primaire » où aboutissent les fibres en provenance de la rétine).
En clair, que ma grand-mère soit là, en face de moi, en chair et en os, c’est-à-dire dans la réalité extérieure ou qu’elle m’apparaisse en souvenirs dans ma tête, c’est-à-dire dans la réalité intérieure, pour mon cerveau : aucune différence !

Une équipe de l'université de Berkeley va plus loin, en se penchant cette fois sur la perception auditive. En plaçant des électrodes à la surface du lobe temporal supérieur d’une quinzaine de patients — lobe chargé de l'audition mais aussi de certaines étapes du processus de la parole —, ces scientifiques américains ont ainsi enregistré leur activité neuronale au moment où ils écoutaient des mots et des phrases pré-enregistrés. Ils ont ensuite réussi à deviner, et même à reconstruire ces mots directement à partir de l’analyse de cette activité cérébrale, en des sons plutôt compréhensibles. On appelle cela de la "reconstruction de stimulus". « Que vous écoutiez votre chanson favorite ou que vous la fredonniez dans votre tête, nous avons remarqué que les mêmes zones du cerveau auditif étaient activées. C’est comme si vous entendiez réellement cette chanson alors que la pièce dans laquelle vous vous trouvez est bel et bien silencieuse », explique Brian Pasley, le neuroscientifique qui a mené ces recherches à Berkeley. « Cette étude inciterait donc à penser que la perception auditive et l'imagination peuvent également être assez similaires dans le cerveau », ajoute-t-il.
Si voir et imaginer, ou si entendre et imaginer activent les mêmes zones du cerveau, comment, finalement, notre conscience est-elle capable de faire la différence entre une réalité externe et une réalité interne, entre une vision d’un objet extérieur réel, et celui d’un souvenir ?
Cette question pourrait rester cantonnée au domaine de la psychiatrie. En effet, ne pas être capable de discernement conscient et « voir » quelque chose qui n’est pas présent dans la réalité, mais uniquement dans notre « monde interne », tout en pensant le voir réellement s’appelle une hallucination — une perception sans objet — et cela relève, a priori, de la pathologie, du dysfonctionnement. Effectivement, le fait que les mécanismes de la perception visuelle et auditive et celui de l’imagination soient les mêmes dans le cerveau pourrait laisser penser que, sans doute, chez certaines personnes, les neurones s’emmêlent les pinceaux et que c’est là que se trouve « l’explication » de ces hallucinations. Toutefois, ces observations scientifiques renvoient également à une question philosophique : « Ces études corroborent quelque chose que l’on sait, que l’on sent mais que notre culture occidentale a dénigré, déclare Fabrice Midal, philosophe français spécialiste du bouddhisme. Jusqu’au 18ème siècle, le fait de voir et d’imaginer étaient déjà considérés comme similaires. C’est à partir de la pensée de Descartes que l’imagination est devenue insignifiante et que l’idée même de la réalité s’est étriquée. C’est le drame de notre société actuelle ! Elle est pourtant une ressource de l’esprit totalement naturelle et qui ne fait appel à aucun élément de croyance. » L’imagination, une ressource de l’esprit ?!?

Qu’est ce que l’imagination ? La capacité d’une personne à visualiser une situation. Cette capacité constitue un outil central dans plusieurs traditions spirituelles. Pourquoi la « visualisation » est-elle si importante dans la transmission des enseignements du bouddhisme tibétain ? Comment les « visions » chamaniques permettent-elles au chamane d’obtenir des informations avérées sur ses patients ? Pourquoi et comment, en résumé, l’imagination peut-elle nous permettre de connaître notre environnement ? Et nous-mêmes ? Pour Fabrice Midal, « l’imagination permet de créer un lien entre le monde corporel et le monde spirituel. Elle représente également une part de réalité profonde car elle peut constituer un puits d’énergie, générer une émotion, nourrir notre créativité ou encore changer, de manière positive, notre état d’être et notre perception du monde extérieur ». Et de conclure : « Si vous pensez à votre grand-mère, que ce soit le souvenir de son visage, de son parfum ou du son de sa voix, cette seule pensée — induite par les mêmes zones du cerveau que si vous la voyiez — ne la rend-elle finalement pas réelle ? »
Alors, est-on en train de voir le monde, ou de l’imaginer ?
 
 -INRESS

samedi, 09 juin 2012

Lever le voile, grâce au rêve éveillé libre.

n'importe quoi.jpgForce est de constater qu'une grande majorité d'entre nous n'avons toujours pas apprivoisé la peur viscérale que nous éprouvons à l'idée de ce que notre inconscient peut nous montrer de nous-même.

Dans son livre "Sur l'interprétation des rêves", Jung avait déjà admis que :"l'inconscient bouge, il est vivant". Qu'y a t-il de plus évolutif que le vivant ? Le rêve éveillé libre travaille sur et avec cette matière vivante. Le contenu du rêve, grâce au langage symbolique allège le rêveur ou la rêveuse par le simple fait de le verbaliser, de le ressentir. Cette méthode aborde le rêve en direct, donne à l'inconscient de l'écoute, de l'attention et enfin la compréhension dont il a besoin, car c'est NOTRE histoire, NOTRE aventure humaine. L'inconscient accumule ce qu'il veut, puisqu'il est autonome et si nous nions ses manifestations, il vient et reviendra nous hanter, car plus l'inconscient est nié et plus il veut d'une manière ou d'une autre se faire entendre. C'est un besoin irrépressible puisque c'est le moi réel qui veut être reconnu. C'est un fait, l'nconscient, notre moi réel n'est pas prêt à nous laisser en paix, ni à nous laisser refermer la trappe. Ignoré, nié, il mène souvent à la dépression, au burn out, aux troubles psychosamatiques, aux tocs,...

Il ne suffit malheureusement pas de réciter une "phrase positive" pour la faire sienne, ce n'est qu'un baume sur une plaie béante; apaiser les symptômes et ne jamais prêter d'attention aux causes, ne dure guère plus que le temps de détourner l'attention de la souffrance; dès lors, soulever la trape, lever le voile qui recouvre cette cocotte minute est plus qu'indispensable pour vivre heureux, en paix avec soi-même.

vendredi, 01 juin 2012

Les avantages du rêve éveillé libre.

chut.jpg" Le fait d'être placé en position de repos, allongé, entraîne un abaissement automatique du métabolisme. Il s'ensuit que la circulation sanguine se ralentit, que la consommation d'oxigène diminue et que la maîtrise du mental s'infléchit, créant cet état de conscience modifié que connaissent bien tous les opérateurs des techniques de relaxation. Le fait le plus remarquable est que le régime des ondes mesurées par électro-encéphalographie est très ADREL.pngvoisin de celui qui est observé pendant le sommeil paradoxal, c'est-à-dire la période de sommeil au cours de laquelle se manifeste le rêve proprement dit. En fait, les rêves nocturnes apparaissent lorsque le sujet se rapporche de l'éveil et le rêve éveillé se produit dans un état qui le rapproche de l'endormissement ! Tout se passe donc comme si les deux états n'étaient séparés que par une mince frontière invisible, la différence essentielle étant que, d'un côté de la frontière, la conscience est abolie, alors que de l'autre, elle reste toujours présente, bien qu'affaiblie. Ce dernier point constitue d'ailleurs l'un des avantages majeurs d'un scénario de rêve éveillé libre : le patient comme le thérapeute disposent, à la fin du rêve, de l'intégralité de la production imaginaire. La structure du scénario, la nature des images, le caractère émotionnel de chaque séquence, les silences, composent un ensemble précieux offert à l'interprétation, sans qu'aucune contestation soit possible.(...) Il suffit de se référer à ce que dit S. Freud à ce propos pour admettre l'incomparable avantage que représente le rêve éveillé par rapport à ce qu'il appelle " le rêve proprement dit ": " Lorsque quelqu'un expose son rêve ( nocturne ), qu'est-ce qui nous garantit l'exactitude de son récit ? Qu'est-ce qui nous prouve qu'il ne déforme pas son rêve pendant qu'il le raconte, qu'il n'y ajoute pas de détails imaginaires, du fait de l'incertitude de son souvenir ? Sans compter que beaucoup de rêves échappent au souvenir, qu'il n'en reste dans la mémoire que quelques fragments insignifiants ! "

Georges Romey ( Les rêves et leurs symboles )

samedi, 26 mai 2012

Pratiquer le rêve éveillé libre...

voir avec le coeur.jpg

Le rêve éveillé libre se pratique les yeux fermés et l'essentiel, en accord avec le coeur sera verbalisé. Une rencontre authentique avec soi-même.