jeudi, 28 avril 2016

Carl Gustav Jung : 1959 - dernière interview 2 ans avant sa mort

 

freud t jung au bain truc 1907.jpg

Jung et Freud

 

Un document exceptionnel

 

 

Jung reçoit un journaliste de la BBC chez lui et parle de son enfance, de sa carrière, de sa relation à Freud, de ses compréhensions de la psyché humaine.

 

dimanche, 24 avril 2016

Henrik Aarrestad Uldalen

 

 

t Henrik Aarrestad Uldalen 21.jpg

 

Have a beautiful night,
Henrik =

mercredi, 20 avril 2016

Les déesses vierges : La vierge féroce à la tête coupée

 

 

par Catherine Clément

 

 

La déesse Kâli est vénérée dans toute l’Inde, mais plus particulièrement au Bengale. Fille de la colère des dieux, Kâli est repoussante. Elle a les cheveux hérissés sur le crâne, des yeux exorbités, une énorme langue tirée, un collier de têtes décapitées au cou,  une charmante jupette faite de bras coupés, elle tient par les cheveux une tête tranchée et chacun de ses bras tient une arme aiguisée. Pour le reste, elle est nue et tremble de tous ses membres tant elle est furieuse. C’est qu’elle doit faire peur. A qui ? Au démon-buffle. Impossible à tuer, celui-là, car chacune de ses gouttes de sang engendre aussitôt  un autre démon-buffle.

 

Les dieux s’étaient réunis pour engendrer Dourga, qui chevauchait un lion et faisait déjà peur, mais Dourga n’avait pas réussi. Alors, la fille de tous les dieux s’était concentré puissamment et avait fait naître de son énergie cette vierge féroce qui s’appelait Kâli, ce qui veut dire La Noire. Voilà, c’est fait. Le démon-buffle se retrouve nez à nez avec La Noire toute nue couverte de jambes humaines. Que va-t-il se passer ?

Pas grand chose de neuf. Kâli décapite le démon, un autre surgit à côté, un autre encore. Ce n’est pas suffisant. Alors, pour le dernier acte, Kâli a une idée. Elle fait naître deux autres Kâli et d’une main, elle se coupe la tête. De l’autre main, elle recueille sur sa paume sa propre tête coupée dont la bouche ouverte boit le sang qui jaillit. Oui, je sais, on a du mal à se représenter une fille décapitée dont la bouche, appuyée sur la paume de sa main, boit son propre sang. Et le reste du sang ? Les deux Kâli annexes s’en abreuvent. Kâli a trouvé la recette.

Elle change de nom, s’appelle Chinnamasta, et se met en devoir de se trancher la tête non pas une fois, mais plusieurs fois.

 

Se décapitant à mesure qu’elle fait naître des avatars d’elle-même, elle ouvre autant de bouches que nécessaires pour avaler tout le sang du démon-buffle. C’est fini. La transe s’achève.

Car la colère de Kâli était bel et bien une transe, hérissant les cheveux, et étirant la langue. La langue exagérément longue est un truc des yogis qui, peu à peu, chaque jour, se tranchent le frein, ce petit muscle qui relie la langue à la bouche, jusqu’à ce que la langue puisse toucher le bout du nez. Pourquoi ? Pour se suicider en s’étouffant. Quoi, il y aurait de la pulsion de mort là-dedans ? Oh oui ! La preuve, c’est que Kâli à la tête coupée piétine dans sa fureur un couple en plein accouplement : c’est le dieu de l’amour, Kama, et son épouse Rati. Eros et Thanatos, aurait dit Sigmund Freud.

Ce n’est déjà pas mal, mais il y a encore mieux. Avant de se transformer en Chinnamasta la victorieuse, Kâli piétine le corps très blanc d’un dieu. C’est Shiva, l’un de ses grand-pères. Comment fait cette fille en transe pour piétiner ainsi le plus puissant des dieux ? Eh bien, il paraît qu’elle ne l’a pas fait exprès et que, dans sa colère, elle n’a pas vu le corps qu’elle piétinait. De honte, elle aurait tiré sa longue langue de yogini, féminin de yogi. C’est une histoire sympathique, mais je ne vois pas comment une fille en colère aurait pu éprouver la honte au lieu de s’occuper vite fait du démon-buffle.

vendredi, 15 avril 2016

L'écopsychologie

 

0.jpg

 

 

 

Sociologue et journaliste de formation, Michel Maxime Egger travaille comme responsable d'ONG pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables.

 

 

Il a fondé le réseau « Trilogies » qui met en dialogue traditions spirituelles et grandes problématiques de notre temps.
Dans Soigner l'esprit, guérir la Terre, il nous fait découvrir un mouvement clé et très peu connu en Europe continentale : l'écopsychologie.

 

aaa.jpg

 

Il s'est cristallisé dans les années 1990 aux États-Unis et développé essentiellement dans le monde anglo-saxon. Transdisciplinaire, inspirée par les traditions premières, l'écopsychologie estime que, pour répondre en profondeur à la crise environnementale, l'écologie et la psychologie ont besoin l'une de l'autre. Elle montre comment sortir du déni et de l'impuissance, traite à la racine l'aliénation de l'humanité envers son habitat naturel, qui ne serait pas étrangère aux formes d'addiction à la consommation.

 

alcool 0.jpg

 

Elle propose un changement du regard, à travers les idées fécondes de moi et d'inconscient écologiques, qui réinscrivent la psyché humaine dans la Terre et sa mémoire. Il en résulte des thérapies prometteuses qui ouvrent la porte pour s'immerger dans la nature sauvage, interpréter autrement les rêves et coopérer avec les animaux. Un champ d'intervention primordial est l'éducation, qui doit permettre à l'enfant de se construire une identité en interrelation non seulement avec les autres humains, mais aussi avec la toile de la vie.

 

cultiver.jpg

 

L'ouvrage offre une synthèse de l'écopsychologie, de son histoire et de ses enjeux, agrémenté de portraits de quelques grandes figures : Carl G. Jung, Paul Shepard, Theodore Roszak et Joanna Macy.

 

 

dimanche, 10 avril 2016

un malade mental... dit toute... la vérité... sur la psychiatrie...

fou je suis.jpg

 

 

 

 

fou.jpg

 

 

Publié dans - Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 02 avril 2016

Les maux de la psychanalyse : Qu'est-ce qu'un bon psy ?

 

souffrance van gogh.jpg

V. Van Gogh

 

"On arrive à accoucher de quelque chose..., on paie, et on n'a rien en retour."

Est-ce vraiment l'expérience de l'analyse ?

 

 

 

Deux psychanalystes s'interrogent sur leur rôle au sein de l'analyse : faut-il être empathique, participer aux affects des patients, ou une certaine froideur est-elle au contraire de rigueur ?

 

psy 0.jpg

LECTURES

- Lecture Adèle : Freud, Conseils au médecin dans le traitement psychanalytique, dans Œuvres complètes, volume XI, PUF

- Sándor Ferenczi, Lettre à Sigmund Freud du 15 janvier 1928, dans Correspondance III, trad. André Haynal, Calmann-Lévy, 1996, p.373

- Lecture Adèle : Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, 1759, trad. Abbé Blavet, 1774

 

EXTRAITS :

Archives : nos inquiétudes témoigner de la psychanalyse(documentaire réalisé par Judith du Pasquier, Arte, 2003)

Broadway Therapy,film de Peter Bogdanovich, (2013)

 

 

 

Fragments d'une psychanalyse empathique

Devenir soi à deux

« Ce livre parle d'un psychanalyste souriant, empathique et chaleureux. J'étais alors son patient, ou plutôt l'un de ses patients. Cet analyste s'appelait Didier Anzieu. J'y raconte quelques moments forts de mon analyse avec lui, mes questions, nos bonheurs, mes réserves. »

À un moment où beaucoup s'accordent à reconnaître qu'il est indispensable de repenser les bases et la pratique de la psychanalyse, Serge Tisseron témoigne de son expérience du côté du divan. Il met ainsi en lumière le rôle fondamental que joue l'empathie dans cette aventure qui consiste, pour chacun, à devenir soi à deux.

 

«Un psychanalyste apathique, c'est un psy qui somnole ?

- Non, c'est quelqu'un qui ne se laisse pas prendre par le pathos.

- Il est indifférent - bravo !

- Il est engagé, au contraire, mais lui ne se laisse pas faire par les bons sentiments.

- Qui se laisse faire ?

- Les psychanalystes empathiques.

Ce que ne sont pas les apathiques.

- Je vois. C'est mal, d'être empathique.

- Quand cela permet d'en finir avec toute visée scientifique.

L'inconvenance et le mordant de la découverte freudienne sont menacés par une conception anglo-saxonne molle du postmoderne.

- C'est grave d'être un patient postmoderne ?

- Cela veut dire que l'on a un psychanalyste postmoderne.

Il s'occupera de votre identité ; il s'occupera des traumas de votre "environnement précoce" (langue de bois pour parler de l'enfance) ; il s'occupera de votre unité. Mais que fera-t-il du scandale psychique qui vous fait vivre, et va du sexuel à la création ?»

 

mardi, 29 mars 2016

La baleine : fragile héritage

 

L'historien Michel Pastoureau raconte l'histoire de la baleine,replacée dans la longue durée des rêves, des stupéfactions, des concupiscences que les hommes ont éprouvées en face de ce mammifère prodigieux.

 

 

 

 

 

Nul ne peut être exempt de quelque émotion à apprendre que parmi les ravages que les humains infligent à la zoodiversité, ce très impressionnant cétacé a été mis en péril par la chasse dévergondée qui en a été faite et l’est peut-être encore. Dans le livre de François Garde intitulé La Baleine dans tous ses états, je relève ce propos qui nous touche : « Le destin des cétacés nous conduit à une sourde nostalgie. Nous savons vaguement que jusqu’au milieu du XXe siècle la chasse a menacé la survie des espèces. Le choc entre la sérénité que nous leur prêtons et la violence de cette chasse nous heurte de plein fouet. Il nous renvoie à nos contradictions, nos lâchetés, nos échecs dans notre relation avec la nature. »       

 

 

Michel Pastoureau nous parle de la baleine, replacée dans la longue durée des rêves, des stupéfactions, des concupiscences que les hommes ont éprouvées en face de ce mammifère prodigieux.  Michel Pastoureau sait éclairer de sa science multiforme les messages que nous apportent les couleurs, les plantes, les animaux et leur prégnance d’âge en âge, parmi les émotions collectives – avec parfois l’effort d’un sang froid. Aujourd’hui, en face de nous deux : la baleine. Jean-Noël Jeanneney

 

 « La pêche à la baleine »

poème de Jacques Prévert

 

À la pêche à la baleine, à la pêche à la baleine,
Disait le père d'une voix courroucée
À son fils Prosper, sous l'armoire allongé,
À la pêche à la baleine, à la pêche à la baleine,
Tu ne veux pas aller,
Et pourquoi donc ?
Et pourquoi donc que j'irais pêcher une bête
Qui ne m'a rien fait, papa,
Va la pêpé, va la pêcher toi-même,
Puisque ça te plaît,
J'aime mieux rester à la maison avec ma pauvre mère
Et le cousin Gaston.
Alors dans sa baleinière le père tout seul s'en est allé
Sur la mer démontée...
Voilà le père sur la mer,
Voilà le fils à la maison,
Voilà la baleine en colère,
Et voilà le cousin Gaston qui renverse la soupière,
La soupière au bouillon.
La mer était mauvaise,
La soupe était bonne.
Et voilà sur sa chaise Prosper qui se désole :
À la pêche à la baleine, je ne suis pas allé,
Et pourquoi donc que j'y ai pas été ?
Peut-être qu'on l'aurait attrapée,
Alors j'aurais pu en manger.
Mais voilà la porte qui s'ouvre, et ruisselant d'eau
Le père apparaît hors d'haleine,
Tenant la baleine sur son dos.
Il jette l'animal sur la table, une belle baleine aux yeux
bleus,
Une bête comme on en voit peu,
Et dit d'une voix lamentable :
Dépêchez-vous de la dépecer,
J'ai faim, j'ai soif, je veux manger.
Mais voilà Prosper qui se lève,
Regardant son père dans le blanc des yeux,
Dans le blanc des yeux bleus de son père,
Bleus comme ceux de la baleine aux yeux bleus :
Et pourquoi donc je dépècerais une pauvre bête qui m'a
rien fait ?
Tant pis, j'abandonne ma part.
Puis il jette le couteau par terre,
Mais la baleine s'en empare, et se précipitant sur le père
Elle le transperce de père en part.
Ah, ah, dit le cousin Gaston,
On me rappelle la chasse, la chasse aux papillons.
Et voilà
Voilà Prosper qui prépare les faire-part,
La mère qui prend le deuil de son pauvre mari
Et la baleine, la larme à l'oeil contemplant le foyer détruit.
Soudain elle s'écrie :
Et pourquoi donc j'ai tué ce pauvre imbécile,
Maintenant les autres vont me pourchasser en moto-godille
Et puis ils vont exterminer toute ma petite famille.
Alors éclatant d'un rire inquiétant,
Elle se dirige vers la porte et dit
À la veuve en passant :
Madame, si quelqu'un vient me demander,
Soyez aimable et répondez :
La baleine est sortie,
Asseyez-vous,
Attendez là,
Dans une quinzaine d'années, sans doute elle reviendra...

 

 

 Face à nous  : la baleine. Jean-Noël Jeanneney

 

 

vendredi, 25 mars 2016

Alphonse de Lamartine.

dormir 2.jpg

vendredi, 18 mars 2016

Ces drôles de zèbres

 

Comment est-il possible qu’un individu classé à « fort potentiel » ou à « Haut Quotient Intellectuel », puisse vivre si mal sa singularité ?

 

 

Une intelligence hors normes devrait être un cadeau du ciel, un don qui permettrait une vie épanouie, une vie professionnelle remarquable. Alors pourquoi y a-t-il tant d’adultes surdoués malheureux ? Pourquoi d’anciens enfants, dits précoces, sont aujourd’hui dans des situations d’échec social, sentimental ou professionnel ?

 

Un enfant précoce ne se fait pas rattraper par ses camarades de classe, il devient simplement un adulte surdoué. Qui sont-ils « ces drôles de zèbres », comme les nomme Jeanne Siaud Facchin, psychologue praticienne. Des zèbres qui se fondent dans la masse des équidés mais qui s’en distinguent à la foi par leurs rayures de camouflage, toutes différentes les unes des autres, faisant d’eux des êtres à part.

 

Ils sont porteurs d’une « intelligence autrement » indissociable d’une grande sensibilité et d’une extrême réceptivité émotionnelle et sensorielle. Cette hypersensibilité, vulnérabilise et fragilise mais peut également donner à la personnalité un caractère décalé, parfois attachant.

 

 

Bon nombre d’adultes surdoués, finissent malgré tout par trouver un équilibre dans leur vie tout en restant différents. Cependant combien sont-ils à ignorer leur potentiel intellectuel, même si au fond d’eux une petite voix leur dit que quelque chose ne tourne pas rond.

 

 

Avec les zèbres :

Mathilde, chargée de projet

Sandrine, salariée gestionnaire à la Poste

Marie, étudiante en philosophie

Tiana, étudiante

Cédric, consultant en stratégie

Bruno, architecte

Jeanne Siaud-Facchin fondatrice des centres Cogitoz

 

 

 

Depuis toute petite, Tiana tourne en rond dans un enclos de questionnements et d'angoisses étranges. Au collège, elle souffre de se sentir différente. «À l'adolescence, on veut juste être normal.» Elle devient l'objet de moqueries et de brimades. Alors qu'elle était une excellente élève, elle décroche scolairement, sombre dans la dépression et est hospitalisée à tout juste treize ans. Les médecins, désorientés, la traitent un temps pour schizophrénie. Jusqu'au diagnostic qui la sauve : enfant précoce. Ou plutôt zèbre. Tiana préfère. Ce qui change tout pour elle, c'est la reconnaissance de ses forces et fragilités si caractéristiques des surdoués : acuité d'esprit, hypersensibilité, décalage. Tiana va se libérer, s'apprivoiser, se réconcilier avec elle-même et avec les autres.

Un très beau témoignage, authentique et percutant, qui aidera les enfants et ados concernés, ainsi que leurs parents, à trouver leur force et leur chemin.

Tiana, 18 ans, artiste en herbe, vit à Marseille.

- 4ème de couverture -

 

 

Être surdoué est une richesse formidable pour réussir sa vie. Alors pourquoi y a-t-il tant d'adultes surdoués malheureux ? Pourquoi tant d'anciens enfants précoces sont-ils en situation d'échec social, professionnel et sentimental ? Pourquoi les femmes et les hommes à fort potentiel vivent-ils si mal leur différence ?

Nourri de son expérience de clinicienne et des dernières recherches sur le sujet, le nouveau livre de Monique de Kermadec constitue un guide indispensable pour comprendre les adultes surdoués.

Cet ouvrage offre également aux surdoués les clés nécessaires pour réapprendre à s'estimer, se construire, trouver l'âme soeur, s'épanouir enfin dans la plénitude de leurs talents et de leur extraordinaire personnalité, et s'adresse aussi à leurs proches, alliés fondamentaux, pour qu'ils les aident à désamorcer leurs conduites d'échec.

- 4ème de couverture -

 

mercredi, 16 mars 2016

Henrik Aarrestad Uldalen

 

 

t Henrik Aarrestad Uldalen 22.jpg

 

Have a beautiful night,
Henrik =

lundi, 07 mars 2016

Pouvons-nous maîtriser notre mémoire?

 

cerveau 00.jpg

P.Geluck

 

Paradoxe, l'une des techniques les plus utilisées par les champions de la mémoire date... de l'antiquité. Et elle est restée largement... oubliée pendant plusieurs siècles. 

 

 

 

Imaginez que l’on vous présente 52 cartes à jouer dans un certain ordre et que l’on vous demande de mémoriser mentalement cet ordre et de le restituer verbalement... Lorsque l’on a du mal à se souvenir d’un simple numéro de téléphone à 10 chiffres ou d’une liste de courses, l’exercice peut sembler tout bonnement inaccessible pour le cerveau humain. Erreur... Le champion allemand Simon Reinhard a ainsi mémorisé un jeu de cartes en 21 secondes et 90 centièmes...  Clemens Meyer, vainqueur des championnats du monde de mémoire en 2005 et 2006, a mémorisé 1040 chiffres en 30 minutes. L’une des épreuves consiste à mémoriser le plus grand nombre possible d’associations entre noms et visages en 15 minutes. Le record est de 164 noms...

 

cerveau coeur.jpg

 

De tels exploits de mémoire sont-ils liés à de nouvelles méthodes mnémotechniques ? Loin de là ! En fait, le paradoxe réside dans le fait que certaines techniques de mémorisation découvertes dès l’Antiquité ont été largement... oubliées au fil du temps. C’est le cas de l’une des plus performantes à laquelle les champions d’aujourd’hui font encore appel. Il s’agit de l’Art de mémoire ou méthode des loci, c’est à dire la méthode des lieux. Il en reste une trace dans le langage courant lorsque nous disons : « en premier lieu, en second lieu ». Cette technique consiste en effet à associer la liste des choses que l’on veut mémoriser à la visite d’un lieu bien connu. Le cerveau se souvient plus facilement d’un enchaînement d’images que d’une série abstraite de chiffres ou de cartes à jouer. Il suffit alors de distribuer ces chiffres ou ces cartes dans un décor déjà gravé dans notre mémoire, tel que notre appartement ou un quelconque autre lieu. Une fois chaque élément placé sur une zone particulière de ce décor, il suffit de mémoriser un parcours de visite pour les retrouver...

 

cerveau étudie.jpg

 

Un phénomène un peu à contre courant d’une époque où la mémoire vivante de notre cerveau apparaît comme de plus en plus fragilisée, souvent remplacée par celle des ordinateurs ou détruite par des maladies neurologiques comme Alzheimer.

 

Apprendre c’est s’amuser

site de Sébastien Martinez, ingénieur spécialiste de la mémorisation, numéro 1 chez les français aux championnats du monde de la mémoire 2014. Il a découvert de nouvelles manières d’apprendre en expérimentant de nouvelles pédagogies qu'il propose.

http://www.apprendrecestsamuser.com

 

jeudi, 03 mars 2016

Henrik Aarrestad Uldalen

 

 

t Henrik Aarrestad Uldalen 25.jpg

 

Have a beautiful night,
Henrik =

 

vendredi, 26 février 2016

Les maux de la psychanalyse : La psychiatrie sur le divan

 

 

Comment prendre en charge la souffrance psychique ? Quel diagnostic poser ?

N'est-ce pas là le point de désaccord entre psychiatrie et psychanalyse ?

 

 

Mais la divergence est bien plus profonde : la psychanalyse propose une nouvelle manière d'être libre, ce que la médicalisation ne saurait faire.

 

 

EXTRAITS :

- Monk, série TV créée par Andy Breckman, saison 5, ép. 7

- Archive : Foucault, le pouvoir psychiatrique(enr. 1975, diff. Quotidien pluriel, France culture, 29/06/1984)

- Archive : Josef Schovanec (source : Service public, 24/01/2013)

 

 

 

dimanche, 21 février 2016

Les fleurs du rêve...

 

 

fleur champs.jpg

 

vendredi, 19 février 2016

Photography : Brooke Shaden

 

t Brooke Shaden Photography 0.jpg

Sending lots of inspiration!
:)
Brooke 

 

mardi, 16 février 2016

Les maux de la psychanalyse (4/4): La psychiatrie sur le divan

 

Comment prendre en charge la souffrance psychique ?

psy 01.jpeg

Quel diagnostic poser ?

N'est-ce pas là le point de désaccord entre psychiatrie et psychanalyse ?

 

 

 

Mais la divergence est bien plus profonde : la psychanalyse propose une nouvelle manière d'être libre, ce que la médicalisation ne saurait faire.

 

 

 

samedi, 13 février 2016

Pablo Picasso

 

 

t pablo picasso.jpg

 

 

mercredi, 10 février 2016

Citation : Sénèque

 

rail.png

 

mercredi, 03 février 2016

Expérience de rêve...

tete papillon.jpg

 

 

tetes.jpg

 

vendredi, 29 janvier 2016

Peinture : Liam Barr

 

 

t liam barr.jpg