samedi, 02 avril 2016

Les maux de la psychanalyse : Qu'est-ce qu'un bon psy ?

 

souffrance van gogh.jpg

V. Van Gogh

 

"On arrive à accoucher de quelque chose..., on paie, et on n'a rien en retour."

Est-ce vraiment l'expérience de l'analyse ?

 

 

 

Deux psychanalystes s'interrogent sur leur rôle au sein de l'analyse : faut-il être empathique, participer aux affects des patients, ou une certaine froideur est-elle au contraire de rigueur ?

 

psy 0.jpg

LECTURES

- Lecture Adèle : Freud, Conseils au médecin dans le traitement psychanalytique, dans Œuvres complètes, volume XI, PUF

- Sándor Ferenczi, Lettre à Sigmund Freud du 15 janvier 1928, dans Correspondance III, trad. André Haynal, Calmann-Lévy, 1996, p.373

- Lecture Adèle : Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, 1759, trad. Abbé Blavet, 1774

 

EXTRAITS :

Archives : nos inquiétudes témoigner de la psychanalyse(documentaire réalisé par Judith du Pasquier, Arte, 2003)

Broadway Therapy,film de Peter Bogdanovich, (2013)

 

 

 

Fragments d'une psychanalyse empathique

Devenir soi à deux

« Ce livre parle d'un psychanalyste souriant, empathique et chaleureux. J'étais alors son patient, ou plutôt l'un de ses patients. Cet analyste s'appelait Didier Anzieu. J'y raconte quelques moments forts de mon analyse avec lui, mes questions, nos bonheurs, mes réserves. »

À un moment où beaucoup s'accordent à reconnaître qu'il est indispensable de repenser les bases et la pratique de la psychanalyse, Serge Tisseron témoigne de son expérience du côté du divan. Il met ainsi en lumière le rôle fondamental que joue l'empathie dans cette aventure qui consiste, pour chacun, à devenir soi à deux.

 

«Un psychanalyste apathique, c'est un psy qui somnole ?

- Non, c'est quelqu'un qui ne se laisse pas prendre par le pathos.

- Il est indifférent - bravo !

- Il est engagé, au contraire, mais lui ne se laisse pas faire par les bons sentiments.

- Qui se laisse faire ?

- Les psychanalystes empathiques.

Ce que ne sont pas les apathiques.

- Je vois. C'est mal, d'être empathique.

- Quand cela permet d'en finir avec toute visée scientifique.

L'inconvenance et le mordant de la découverte freudienne sont menacés par une conception anglo-saxonne molle du postmoderne.

- C'est grave d'être un patient postmoderne ?

- Cela veut dire que l'on a un psychanalyste postmoderne.

Il s'occupera de votre identité ; il s'occupera des traumas de votre "environnement précoce" (langue de bois pour parler de l'enfance) ; il s'occupera de votre unité. Mais que fera-t-il du scandale psychique qui vous fait vivre, et va du sexuel à la création ?»

 

Les commentaires sont fermés.